Infos Bénévoles et Volontaires

Human & Earth Rights Org.

Bénévolat et volontariat :

Deux statuts distincts Le bénévolat est un engagement libre, sans condition d’âge ni de diplôme. Vous n’avez pas de contrat de travail, mais vous devez respecter le règlement de votre organisme d’accueil, les statuts de l’association ainsi que les règles de sécurité. Vous êtes soumis à un engagement moral selon lequel vous devez dégager du temps, de la disponibilité pour contribuer à la réalisation d’objectifs de l’association. En revanche, rien ne peut vous être imposé et vous ne pouvez pas être sanctionné par l’association pour laquelle vous vous êtes engagé. Vous êtes libre de mettre un terme à votre participation sans procédure ni dédommagement.

A noter : Ayez bien conscience que le statut du bénévole n’ouvre droit à aucune couverture sociale. Vous conservez votre statut d’origine (étudiant, retraité, actif, …) et les garanties sociales qui y sont rattachées. Si vous êtes demandeur d’emploi allocataire vous pouvez devenir bénévole tout en continuant de percevoir vos allocations à condition de continuer à chercher activement un emploi. Le volontariat est un engagement contractuel et exclusif. Vous êtes donc soumis à un contrat qui ne concernera que l’association pour laquelle vous vous engagez. La plupart du temps, pour devenir volontaire, vous devez être âgé au minimum de 16 ans, pour des missions en France et 18 ans à l’international.
Le statut de volontaire se situe entre celui du salarié et celui du bénévole. Vous n’êtes pas salarié parce que vous consacrez une partie de votre vie à une mission d’intérêt général. Vous n’êtes pas non plus bénévole parce que vous êtes soumis au respect d’un contrat et d’une exclusivité. Dans tous les cas, si vous souhaitez rompre votre engagement, vous devez respecter un préavis d’au moins un mois. A noter : le statut de volontaire ouvre droit à une couverture sociale (maladie, accident du travail, maternité, invalidité, décès, …). La rémunération Le bénévole n’est pas payé. Il ne reçoit donc aucune rémunération, qu’elle soit en espèce ou en nature. Cette absence de salaire est d’ailleurs l’une des caractéristiques essentielles du bénévolat. Avant de vous engager en tant que bénévole auprès d’une association, vous devez avoir en tête que dans le cadre d’une mission, vous devrez utiliser vos fonds personnels pour votre prise en charge (transport, assurance, …).


Toutefois, certaines associations proposent à leurs bénévoles une aide pouvant comprendre différents frais (d’un voyage et/ou des frais de vie sur place). Dans les cas où l’association ne vous rembourserait pas ces frais, ils sont alors considérés comme un don et vous aurez droit à une réduction d’impôts (66% du montant des frais, dans la limite de 20% du revenu imposable). Vous pouvez également obtenir une réduction fiscale dans le cas où vous utilisez votre propre véhicule pour vous déplacer (0.308 €/km pour une voiture). Le volontaire, lui, est indemnisé par l’organisme d’accueil mensuellement. Cette indemnisation n’est pas soumise à l’impôt sur le revenu, ni aux cotisations de sécurité sociale, à laquelle peut s’ajouter une allocation de réinsertion. Dans le cadre du volontariat associatif, l’indemnisation varie entre 115 et 770 €. Pour le volontariat international elle est comprise entre 100 et 810 €. En tant que volontaire, vous pouvez également bénéficier d’avantages en nature (logement, alimentation, frais de transport) ainsi que d’une assurance rapatriement sanitaire. Combien de temps consacrer à son engagement ? Le bénévolat peut être ponctuel ou régulier mais n’est jamais une activité à temps plein. Tout dépend de vos disponibilités et surtout de votre envie. Vous allez créer des liens, établir une relation privilégiée avec des personnes aidées et vous allez acquérir une véritable expérience d’acteur social.

A noter : Vous pouvez concilier une activité professionnelle avec une activité bénévole. Selon le code du travail, vous avez un droit d’absence ou de congés afin d’exercer vos activités bénévoles (congé de représentation, de formation, de solidarité, …). Un nouveau congé pour stimuler le bénévolat ? Encourager le bénévolat en permettant aux salariés de consacrer 6 jours par an au monde associatif. Voilà l’objectif de la loi Egalité et citoyenneté du 27 janvier 2017 avec le « congé engagement ». Il ne concerne que les bénévoles élus d’une association qui doit être d’intérêt général (présidents, trésoriers, secrétaires et adjoints). Le salarié pourrait bénéficier de 6 jours de congés non rémunérés pour se consacrer à une activité bénévole. En tant que volontaire, vous allez être engagé à temps plein pour une durée définie et dans le cadre d’une mission précise. Les associations proposent des engagements volontaires sur des actions courtes (de 2 à 3 semaines), moyennes (de 1 à 5 mois) ou longues (6 mois ou 1 an). Vous pouvez commencer votre premier volontariat pendant une courte durée puis décider de rejoindre pour 6 mois, à l’étranger, un autre organisme d’accueil. Les projets de volontariat sont ouverts à tous, filles et garçons, de tout âge et de toute origine, sans exigence de compétence (diplômes) ou d’expérience.

Quel type de volontariat ?

Il existe plusieurs types de volontariat. Vous devez vous demander lequel correspond le plus à votre envie.

Le service civique :
il s’agit d’un engagement volontaire au service de l’intérêt général. Le service civique est ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans condition de diplômes. En service civique vous êtes indemnisé 573 euros net par mois et vous le réalisez auprès d’associations, de collectivités territoriales ou d’établissements publics, sur une période de 6 à 12 mois en France ou à l’étranger, pour une mission d’au moins 24h par semaine.
Vous pouvez faire un service civique tout en poursuivant vos études ou dans le cadre d’un emploi à temps partiel. 9 domaines dans lesquels vous pouvez être volontaires : culture et loisirs, développement international et action humanitaire, éducation pour tous, environnement, intervention d’urgence en cas de crise, mémoire et citoyenneté, santé, solidarité, sport.

Le volontariat de service civique :

ouvert à toute personne âgée de plus de 25 ans, le volontariat de service civique permet de mener à bien, sur des périodes de 6 à 24 mois, des missions d’intérêt général auprès d’associations ou de fondations reconnues d’utilité publique. En tant que volontaires, vous bénéficiez d’une indemnisation et d’une couverture sociale complète financées par l’organisme d’accueil. Le corps européen de solidarité (CES) anciennement appelé Service volontaire européen (SVE) : programme de l’Union Européenne, le CES est destiné à encourager la mobilité des jeunes de 18 à 30 ans. Vous êtes au service d’un projet d’intérêt général à l’étranger durant 2 à 12 mois. Le CES offre une expérience formatrice, développe la citoyenneté, permet de faire preuve de solidarité, de découvrir une autre culture et de pratiquer une autre langue. Vous bénéficiez d’une prise en charge totale sur place et d’une indemnité dont le montant varie selon les pays. Volontaire de solidarité internationale (VSI) : vous accomplissez à temps plein une mission d’intérêt général dans les pays en voie de développement dans les domaines de la coopération au développement et de l’action humanitaire. Ce type de volontariat est ouvert à toute personne majeure sans activité professionnelle. Les missions s’effectuent auprès d’associations internationales agréées par le ministre des affaires étrangères. Une indemnité est versée, hors prise en charge du transport, du logement et de la nourriture, auquel s’ajoute le montant de l’indemnité supplémentaire liée à l’affectation à l’étranger (montant variable selon les pays).

Volontaire au niveau national :
toute personne qui souhaite s’engager sur des actions de quelques semaines, sur le territoire français, en ce qui concerne, l’humanitaire, l’environnement. Le volontaire devra fournir :
– Une fiche d’adhésion à l’ONG H.E.R.O,
– Une photocopie de la carte d’identité,
– Une photocopie de la carte vitale,
– Une photocopie du carnet de vaccination à jour pour la France.

Sur le plan administratif, toute personne peut se porter volontaire afin de mener une participation en relation avec les 3 pôles : Environnement, Humanitaire et Droits de l’Homme, de l’enfant et de la femme.
Volontaire au niveau international : toute personne qui désire s’investir sur une mission d’une durée de 2 à 12 mois, selon les appels, au niveau humanitaires ou environnementaux. Dans ce cas, le volontaire devra fournir les documents suivants :
– Une fiche d’adhésion à l’ONG H.E.R.O,
– Une photocopie du carnet de vaccination à jour, du pays concerné
– Une photocopie du passeport à jour,
– Photocopie de la carte vitale.

Différence entre le Volontaire et le Volontaire d’urgence :

le volontaire d’urgence, contrairement au volontaire, est une personne qui intervient à la demande de l’Etat
(source : Marine Ilario © CIDJ Article mis à jour le 03/07/2018 / créé le 18-08-2011)

FACE À UNE CRISE HUMANITAIRE, LA RÉPONSE DOIT ÊTRE RAPIDE ET ADAPTÉE À LA CATASTROPHE. (PLAN OUIV)

En peu de temps, des moyens humains et matériels doivent être mobilisés. Les volontaires d’urgence doivent se rendre disponibles dans les 24 à 48 heures après le déclenchement de l’alerte, pour une durée minimale de 3 semaines. Dès leur arrivée, les Volontaires d’Urgence répondent aux besoins les plus urgents des populations après la catastrophe, tant sur le plan médical que sur le plan de l’accès à l’eau potable et aux biens de première nécessité. CADRE DES OPÉRATIONS  Délai de réponse : 48 heures à partir de l’appel d’urgence.  Matériel : standardisé, mis à disposition pour un maximum de 4 mois par intervention, puis laissé sur place à la société nationale Croix-Rouge ou Croissant-Rouge du pays d’intervention.  Ressources humaines : les ERU s’appuient sur les membres de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge du pays et sollicitent rapidement l’implication des populations locales.  Temps de mission : Minimum 3 semaines par équipe.  Temps d’action du Volontaire d’Urgence : jusqu’à 4 mois.
EXEMPLE PRIS A LA CROIX ROUGE
Le volontaire internationale, est remboursé de tous ses frais

Etre Volontaire International, c’est partir pour une mission professionnelle à l’étranger tout en bénéficiant d’un statut public protecteur. Le V.I est placé sous la tutelle de l’Ambassade de France.
De 6 à 24 mois, les missions s’effectuent : – auprès d’organisations internationales ou d’associations agréées. Le Volontariat International n’est pas du bénévolat. Les V.I perçoivent mensuellement une indemnité forfaitaire, variable suivant le pays d’affectation, mais indépendante du niveau de qualification. Destiné principalement aux étudiants, jeunes diplômés, ou chercheurs d’emploi, de 18 à 28 ans, le Volontariat International est une expérience professionnelle enrichissante, véritable tremplin pour une carrière internationale. Tous les métiers sont concernés: Vous devez avoir entre 18 et 28 ans, être de nationalité française ou européenne et être en règle avec les obligations de service national de votre pays. Mais surtout faire preuve d’esprit d’initiative et d’une forte motivation. Le volontaire d’urgence devra fournir les documents suivants :
– Une fiche d’adhésion à l’ONG H.E.R.O,
– Une photocopie du carnet de vaccination à jour, du pays concerné
– Une photocopie du passeport à jour,
– Photocopie de la carte vitale. Source : CIVI.WEB.COM

TÉLÉCHARGER LE DOCUMENT EN PDF >>> Différences volontaires – bénévoles